Les Musiciens du Festival 2019

Les Balkanes

BALKANES est né en décembre 1996 de la rencontre de quatre jeunes femmes, deux bulgares et deux françaises. Issues d’horizons différents, elles se sont réunies pour créer un répertoire original à partir des chants traditionnels et liturgiques bulgares. Lauréates de plusieurs prix d'interprétation (concours des JMF, Tremplin des polyphonies de Laas, etc...), elles constituent également le seul quatuor vocal féminin à avoir été programmé à la fois à une des Nuits de l'Improvisation de Jean-François ZYGEL, à un de ses Concerts de l'Improbable au Théâtre du Châtelet, à ses émissions « La Boîte à Musique » sur France 2 et « La preuve par Z » sur France Inter.

Tantôt mélancoliques ou espiègles, les quatre chanteuses alternent subtilement la pureté angélique de leurs voix et les rythmes endiablés des mélodies pour défricher le riche répertoire bulgare, celui des chants de la terre puisés aux sources de la tradition orale. Quatre voix féminines aux timbres fascinants s’enchevêtrent, s’envolent, effleurent les cimes ou glissent vers les graves les plus sombres, pour s’immerger dans un univers musical chatoyant, venu d’ailleurs.

Elles offrent généreusement des histoires aux accents tragiques et des récits pleins d’humour, ciselant la tradition à leur image. L’humour et l’émotion traversent les frontières, et la magie s’installe…

Références

The Kennedy Center of Performing Arts, Washington DC, USA, Castelton Festival, USA, Festival International Chants Sacrés en Méditerranée (PACA), Festival International de l’Abbaye de Sylvanès, Festival International de l’Abbaye de Noirlac, Festival Arrée Voce de l'Abbaye du Relec, Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon, Auditorium de Lyon, Théâtre du Châtelet, Festival du Vieux Lyon, Festival International des Musiques Sacrées de Paris, Festival International Les Riches Heures de la Rotonde de Simiane, Théâtre de Beaune, Festival « L’ été de Nantes », Festival « Vochora », Festival « Cultures et Continents en Beaujolais », Festival « Les Nuits Musicales d’Uzès », Festival « Les Musicales du Puy », Festival « Musique en vacances » La Ciotat, Festival « Les Musicales de Bastia », Abbatiale de Moissac, Abbaye Royale de la Celle, Festival « Les jeudis des Musiques du Monde », Festival « Rencontres Méditerranéennes » à Nyons et Buis-les-Baronnies, Festival « Cantavalli », Italie, Emission

« Ecoutez la musique » sur FR3 – Rhône-Alpes, Enregistrement de la musique du film d’Arielle Memery « La matière et l’esprit » avec le compositeur Pierre-Yves Lenik, Festival « Les Suds d'Arles », Concerts à Mayotte, Allemagne, Suisse, Tunisie, Algérie, Bulgarie... Emissions sur FR 3 et France 2, Emission « La Boîte à Musique » de Jean-François ZYGEL, juin 2014, France Inter, etc....

Discographie :

CD « Ochté », 2003

CD « Balkanes Kœsmet », 2014

CD « Balkanes Séfarades », 2016

 

Les TIMBRES

Trio de solistes dont l’entente musicale et humaine crée un son unique, l'ensemble Les Timbres est le fruit d'une amitié profonde qui se compléta avec les années d’une forte complicité artistique. Il a été fondé en 2007 par trois musiciens aux parcours variés : la violoniste japonaise Yoko Kawakubo, la violiste française Myriam Rignol et le claveciniste belge Julien Wolfs. Ils sont rejoints régulièrement par d’autres artistes (chanteurs, instrumentistes, danseurs, comédiens, …) avec lesquels ils partagent des projets alliant recherche, création et transmission.

Leurs enregistrements sont unanimement salués par le public et la critique spécialisée : Un travail d'orfèvre sensible et illuminé par l'intelligence. Les Timbres nous livrent une éblouissante leçon de musique de chambre - DIAPASON (Pièces de Clavecin en Concerts de Jean-Philippe Rameau – Diapason d’Or) ; La Suave Melodia – 5 Diapasons ; Le travail sonore atteint des sommets de raffinement ; L’éloquence du style y est tranquillement souveraine - DIAPASON (Les Concerts Royaux de François Couperin – Diapason d’Or).

Après leurs études instrumentales, les musiciens des Timbres ont également obtenu avec les honneurs un Master de Musique de Chambre au CNSMD de Lyon. De plus et sans rien céder à l’exigence de leur carrière de concertiste (comme en témoignent les nombreux concours internationaux dont chacun est lauréat) ils prennent à cœur leur mission de transmission artistique, rendue évidente grâce à leur formation pédagogique (Certificat d’Aptitude, Master de pédagogie, etc.). Ils enseignent actuellement dans des établissements musicaux réputés, tout en imaginant des formules de concert pédagogique à destination de publics jeunes et/ou familiaux (tels que le spectacle « Blanche-Neige et les Sept Notes »).

Dès sa création, l’ensemble Les Timbres fut régulièrement récompensé lors de nombreux concours internationaux de musique de chambre en y obtenant régulièrement la distinction si appréciée des musiciens qu’est le « Prix du Public ». En 2009, il remporta notamment le Premier Prix au prestigieux Concours International de Musique de chambre de Bruges (Belgique), ainsi que le Prix de la meilleure création contemporaine.

Les musiciens des Timbres développent non seulement une vision personnelle  du répertoire si riche et magnifique composé pour leur formation aux XVIIème et XVIIIème siècles, mais explorent aussi en profondeur le travail de la musique de chambre (couleurs, confiance, improvisation, etc.).

La recherche des timbres est au cœur de ce travail, et notamment l’alliance des différents timbres des instruments à cordes (qu’elles soient frottées ou pincées).

En concert, ils se produisent partout en Europe, et au Japon (comme parmi d’autres aux festivals d’Ambronay, de Potsdam, de Wallonie, van Vlaanderen, de Fribourg, au Concertgebouw de Bruges, à Bozar Bruxelles, l’Entracte (Sablé), au Tokyo Opera City, à la Philharmonie Narodowa de Varsovie, à l’Auditorium du Louvre, etc.). De nombreux concerts des Timbres ont été enregistrés par France Musique, la RTBF et la VRT (Belgique), la Radio suisse romande, la NHK (Japon), etc. et ils furent invités à plusieurs reprises pour des émissions (Classic Club, Génération Jeunes Interprètes, Le Journal du Classique, Générations France Musique, etc)

Outre leurs nombreux concerts passés et futurs (lors de la prochaine saison : Festival Bach en Combrailles, Embaroquement, Ohmigakudo de Tokyo, Paradyz), ils sont en résidence depuis 2014 et jusqu’en 2019 au Festival Musique et Mémoire (où chaque année voit la naissance de nombreuses créations artistiques : La Musique de Shakespeare, Proserpine de LULLY, l’Intégrale des sonates en trio de BUXTEHUDE, l’Orfeo de MONTEVERDI, Le Tournoi Musical, etc.).

Pour les contacter 

Contact : Agence Rameau - Vincent Morel +33(0)6 75 52 22 09 - vincent.morel@agencerameau.com
www.les-timbres.com - ensemble.lestimbres@gmail.com

 

l’ensemble ApotropaïK

Fort d’un instrumentarium varié, l’ensemble ApotropaïK a pour vocation de renouveler l’approche des répertoires médiévaux par un regard jeune et vivant. Ses membres, formés au CNSMD de Lyon, ont approfondi la pratique de ces répertoires auprès de grands interprètes tels que Pierre Hamon, Anne Delafosse, Raphaël Picazos et Angélique Mauillon. La démarche de l’ensemble associe un travail de recherche et de compréhension des sources à une attention portée à la créativité et à l’émotion. L’ensemble cherche à travers ses arrangements à mettre chaque instrument en valeur en mélangeant subtilement tous les timbres dont il dispose. Il souhaite faire découvrir ces répertoires anciens qui restent encore largement méconnus du public, au travers de prises de parole lors des représentations, afin de rendre cette musique plus accessible. Ainsi l’auditoire est plus à même de se souvenir et d’apprécier le moment de musique qu’il partage avec l’ensemble.

Son répertoire s’étend de la fin du xiie siècle jusqu’au XVe siècle, des premiers chants de troubadours à l’orée de la Renaissance. L’ensemble manifeste un intérêt particulier pour la monodie instrumentale ou vocale, à l’instar des estampies françaises et italiennes ou des Cantigas de Santa Maria. En outre, il approfondit également les répertoires polyphoniques des xive et xve siècles, telles que les diminutions instrumentales du Codex Faenza ou du Buxheimer Orgelbuch, les chansons de la Cour de Bourgogne ou les mélodies du Chansonnier Cordiforme.

Ses membres sont pour la première fois réunis en novembre 2015 à l’occasion de la Nuit de la Corée coorganisée par le CNSMD de Lyon, manifestation s’inscrivant dans le cadre des célébrations de l’Année France-Corée 2015-2016 sous la cotutelle de l’Institut français. Les débuts de l’ensemble ont lieu sous le signe du dialogue interculturel avec un premier concert où sa prestation se voit mise en regard avec celle d’un ensemble de musique traditionnelle coréenne. Dans la même perspective, l’ensemble a été choisi en septembre 2016 pour représenter les étudiants du CNSMD de Lyon au projet « Transcultural Confluence », événement fondateur et inédit d’un programme d’échange unissant la Royal Academy of Music (Aarhus, Danemark) et le Conservatoire des Arts et Métiers Multimédia Balla Fasséké Kouyaté (Bamako, Mali). Cette expérience fut l’occasion d’une approche multidisciplinaire mêlant musiques actuelles (rap, pop, jazz...) ou extra-européennes à un matériau médiéval initial, à partir de monodies issues de l’œuvre de Guillaume de Machaut ou du manuscrit de Londres. Cette résidence a débouché sur un concert de restitution dans le cadre de la saison publique du CNSMD de Lyon. Expérience unique de partage, elle dénote l’universalité de ces répertoires dont les propositions d’interprétations sont infinies pour le musicien.

L’ensemble ApotropaïK a été depuis invité à trois reprises à la saison de concerts-rencontres du Centre de musique médiévale de Paris au musée de Cluny (Musée national du Moyen-Âge). Il est également amené à se produire dans divers festivals de renom en France et en Europe comme Mars en Baroque (Marseille), le MAfestival (Bruges), le Gröpelinger Barock Festival (Bremen), le Festival de Sablé (Sablé-sur-Sarthe), à la saison musicale des Chartreux (Lyon) et à l’Heure Musique du Jeudi (Nantes).

En novembre 2017, ApotropaïK remporte le 1er prix lors du 2e Concours International des Journées de musiques anciennes de Vanves.

Clémence Niclas (flûtes à bec et chant)

Clémence débute la flûte à bec au CRI de Sablé sur Sarthe. Elle obtient son DEM au CRR de Nantes et entre en 2014 au CNSMDL dans la classe de Pierre Hamon. Elle y explore non seulement le répertoire baroque mais aussi médiéval, pour lequel elle se prend d’affection. Elle participe à la création de l’ensemble ApotropaïK en 2015 au sein duquel elle chante et joue des flûtes médiévales. Avec cet ensemble elle remporte en 2017 le second concours des Journées de musique anciennes de Vanves et se produit notamment au MA festival de Bruges en août 2018. Elle s’intéresse aussi au croisement et au mélange des musiques et participe en 2016 à Lyon et 2017 à Aalborg (Danemark) aux projets « Transcultural Confluence » qui réunissent des musiciens français, danois et maliens pour réfléchir et créer des concerts mêlant différentes traditions musicales (malienne, médiévale et pop). Clémence approfondit également sa pratique de la musique contemporaine avec la création de Puzzle, un spectacle de théâtre musical 2015 ou encore la création à Séoul en 2016 de la pièce Fragment d’Opale d’Adrien Trybucki.

Également chanteuse, elle débute les cours de technique vocale au CRR de Nantes en 2012, puis entre dans la classe de chant lyrique à l’ENM de Villeurbanne en 2015. Elle en profite pour parcourir de nouveaux répertoires (classique et romantique) qu’elle ne pouvait pratiquer avec la flûte à bec et chante notamment en soliste dans le Requiem de Mozart à Villeurbanne en avril 2016. Cependant elle garde une grande affection pour la musique médiévale qu’elle explore vocalement avec l’aide d’Anne Delafosse et au sein de l’ensemble ApotropaïK depuis septembre 2016.

Clément Stagnol (luth médiéval)

Fasciné par la force de résonance du luth, Clément Stagnol s’oriente vers l’étude des instruments à cordes pincées anciennes après un cursus de guitare achevé en région parisienne auprès de Tania Chagnot. Diplômé du Conservatoire à rayonnement régional de Paris, il est admis au Conservatoire national supérieur de musique de Lyon dans la classe de Rolf Lislevand en 2014. La découverte des langages musicaux des XIIIe, XIVe et XVe siècles initiée sous l’impulsion de Raphaël Picazos est pour lui un choc qui le conduit naturellement à se diriger vers le luth médiéval grâce à Pierre Hamon, conjointement à sa pratique régulière des répertoires de la Renaissance et du baroque. Également musicologue, il a soutenu un master à l’Université Paris-Sorbonne sur les premiers opéras français autour de Robert Cambert, compositeur méconnu du XVIIe siècle dont il prépare la publication d’une monographie. Cette double compétence l’amène à interroger constamment sa propre pratique à travers la compréhension des sources anciennes mais également par l’étude des contextes historiques de création musicale en menant des recherches poussées dans divers dépôts d’archives. À ce titre, il est titulaire du master de Culture musicale du CNSMD de Lyon et se voit investi de plusieurs projets de médiation culturelle (Opéra de Lyon, Festival d’Ambronay, Festival de Radio France Occitanie Montpellier). Parmi les faits marquants de son parcours de musicien, il a été amené à se produire au Festival de Musique Baroque de Lyon, au Festival de Radio France Occitanie Montpellier, aux concerts-rencontres du Musée de Cluny/Centre de musique médiévale de Paris et a participé à la production d’un opéra de Francesca Caccini sous la direction de Jean Tubéry.

Louise Bouedo-Mallet (vièle à archet)

Louise obtient un DEM (diplôme d’études musicales) au CRR d’Annecy en 2011, et entre en 2012, âgée de 19 ans, au CNSMD de Lyon dans la classe de Marianne Muller où elle obtient en 2017 un master mention très bien à l’unanimité. Elle y découvre parallèlement la vièle à archet, et étudie auprès de Pierre Hamon, Angélique Mauillon, et Anne Delafosse la musique des XIVème et XVème siècles. Par ailleurs, Louise reçoit ponctuellement l’enseignement de différents violistes tels que Jordi Savall, Paolo Pandolfo, Guido Balestracci et Emmanuelle Guigues qui nourrissent et enrichissent son parcours musical. Elle aime élargir son champ de possibilités musicales en côtoyant l’univers de la création contemporaine, de la pop, lors d’un projet avec Emilie Simon et du jazz. Elle s’ouvre également à la pluridisciplinarité, notamment en mettant en regard la musique et le théâtre. Elle se joint en septembre 2014 au Collectif de l’Âtre pour la création du spectacle « Histoire d’eaux » inspiré du roman de Fabienne Kanor, Humus. Ce spectacle né en Martinique, retrouve les scènes d’outre-mer et découvre les scènes métropolitaines lors de la saison 2016/2017.  Louise a l’occasion de se produire en France et à l’étranger, au sein de formations diverses (Festival Radio France de Montpellier, Festival Toulouse les Orgues, Festival Bozar au Palais des Beaux-arts de Bruxelles, Fonds Saint Jacques en Martinique). Elle joue notamment avec le duo DuoLuo, le trio L’Archivolte, Correspondances, Les Nouveaux Caractères, Concerto Soave, Alkymia, ou encore Calliope.  Parallèlement, elle enseigne la viole de gambe au CRR de Lyon.

Marie-Domitille Murez (harpe gothique)

Marie-Domitille Murez découvre la musique ancienne dans la classe d’Angélique Mauillon au CRR de Tours puis au conservatoire nationale supérieure de musique de Lyon où elle se spécialise en harpes anciennes.

En 2014, elle obtient son DNSPM de harpe moderne auprès de Fabrice Pierre et décide alors de s’investir pleinement dans l’apprentissage de la harpe ancienne, consacrant tout son temps à la découverte de ce répertoire entre harpe gothique et harpe triple.

Son parcours l’amène à travailler avec Mara Galassi, Pierre Hamon ou encore Baptiste Romain.

Elle obtient en 2017 son Master de harpes anciennes à l’unanimité mention très bien.

Par ailleurs, elle est co-fondatrice de l’ensemble ApotropaïK, nouvelles musiques du Moyen-âge, qui remporte en novembre 2017 le premier prix du concours des journées de la musique ancienne à Vanves.

 

La Gioannina & Françoise MASSET

Fondé en 2012 par Rémi Cassaigne et NanjaBreedijk, l’ensemble La Gioannina réunit harpe et luth, cordes sensibles, pour une exploration curieuse et libre du répertoire de l’époque baroque à aujourd’hui.En collaboration avec Françoise Masset, il a consacré deux enregistrements à Orazio Michidell’Arpa (1595-1641) et un troisième à une anthologie de lettres en musique, O Carta Amorosa (EnPhases, 2019).

Biographie de Remi Cassaigne

Rémi CASSAIGNE étudie le luth avec Pascale Boquet au CNR de Tours, puis dans la classe d’Eugène Ferré au CNSMD de Lyon. Rémi Cassaigne joue aujourd’hui avec des ensembles comme Le Baroque Nomade, Consonance, Le Concert d’Astrée, Jacques Moderne, Double Face. Avec la harpiste NanjaBreedijk, il fonde en 2012 l’ensemble La Gioannina dont le répertoire se nourrit de ses recherches dans les bibliothèques italiennes. Auteur de plusieurs romans et de nombreuses traductions, il a écrit le livret d’un opéra donné à Dijon en février 2014 et enseigne à l’ESMD de Lille.

Biographie de Françoise Masset

Saluée par le critique Ivan Alexandre comme "l'une de nos rares, de nos dernières diseuses", Françoise Masset interprète sur scène, en concert et au disque, un répertoire diversifié, du baroque au contemporain, qui témoigne de sa curiosité et de son goût pour les rencontres musicales.

Tout en privilégiant le récital (avec piano, orgue, clavecin, harpe, guitare, théorbe et luth) et la musique de chambre, elle a créé la "Médée" de Michèle Reverdy à l’Opéra de Lyon et chanté ces dernières années avec les Paladins de Jérôme Correas, dans trois opéras baroques, - "Les Indes Galantes" de Jean-Philippe Rameau, "L’Incoronazione di Poppea" et "Il Ritorno d'Ulisse" de Claudio Monteverdi -, avec l'ensemble TM+ de Laurent Cuniot dans "La Petite Renarde rusée" de Janacek, et avec l'ensemble Musica Nigella de Takenori Nemoto dans "L'Enfant et les sortilèges" de Ravel.

Elle a créé avec Les Musiciens de Saint Julien de François Lazarevitch deux récitals - "La Veillée imaginaire - airs populaires harmonisés de Chopin à Canteloube" et "Yvette Guilbert, diseuse Fin de siècle" - et avec la Gioannina de Rémi Cassaigne et Nanja Breedijk deux programmes baroques - "Orazio Michi dell’Arpa" et "O Carta amorosa".

Auparavant, elle s’est produite régulièrement avec l’ensemble Carpe Diem de Jean-Pierre Arnaud - "Les Nuits d’été" d’Hector Berlioz, "Shéhérazade" de Maurice Ravel, "Wesendonck Lieder" de Richard Wagner - et avec La Simphonie du Marais d’Hugo Reyne - enregistrements Lully. Elle a participé à de nombreux spectacles de la Péniche Opéra de Mireille Larroche, dont certains à l’Opéra Comique : "Salon Berlioz", "Ubu Opéra" et "Cantates de Bistrot" de Vincent Bouchot, "Les Aventures du Roi Pausole" d’Arthur Honegger, "Les Femmes vengées" de Philidor, "L’Ile des fous" de Duni, etc.

Elle a reçu l'Orphée d'Or 2010 de la meilleure interprète de mélodies pour l’album "Les Compositeurs de Marceline Desbordes-Valmore" avec Nicolas Stavy et enregistré récemment avec Anne Le Bozec, pour le label Hortus, deux programmes consacrés à la Première Guerre mondiale - "Verdun Feuillets de guerre" et "Pour en finir avec la guerre".

www.francoisemasset.com

Biographie de Matthieu Camilleri 

Formé auprès de Chiara Banchini à la Schola Cantorum Basiliensis(Bâle), puis François Fernandez au Conservatoire Supérieur de Paris, Matthieu Camillerise produit régulièrement avec le Concert Spirituel (Hervé Niquet) ainsi qu’au sein de divers ensembles de chambre comme la Fenice (Jean Tubéry), Amarillis (Héloïse Gaillard), le Parlement de Musique (Martin Gester), Concerto Soave (Jean-Marc Aymes), etc.

Avec son propre ensemble,Les Récréations,il enregistre les sonates en trio de Johann Gottlieb Graun (Raumklang) et joue dans plusieurs Festivals de musique ancienne (Lanvellec, Ribeauvillé, Souvigny, Frissons Baroques, Passe ton Bach, etc.)

Il s’est spécialisé dans le domaine de l’Improvisation historique avec l’organiste Rudolf Lutz à la Schola: improvisation avec basse, mais aussi à violon seul –au fil de ses recherches sur ce répertoire, il développe un système de réflexes polyphoniques applicable pour les instruments à corde - , et donne ainsi, seul ou accompagné, des récitals entièrement improvisés dans plusieurs séries de concert comme le Festival des Musiques Improvisées de Lausanne, l’Improvisationsfestival Leipzig, le Festival de Lanvellec, etc.

Quelques soit la configuration, l’ensemble, l’occasion ou le répertoire, il recherche en permanence un espace pour ce vertige qu’est la création instantanée. Celle-ci est une véritable quête d’authenticité, non seulement stylistique mais aussi personnelle.

Convaincu des immenses vertus pédagogiques de la démarche improvisatrice, étape ultime de l’acquisition stylistique, il intervient régulièrementlors de stages ou Masterclass au sein deplusieurs institutions : Conservatoires Nationaux Supérieurs de Musique de Lyon et Paris, Schola Cantorum Basiliensis, Royal Academy of Music London, Festival des Musiques Improvisées de Lausanne, Académie de Monaco.

En mai 2018 paraît pour le label EnPhases (Outhere) un disque à violon seul, Senti lo mare, mettant en miroir des sonates de Tartini avec des improvisations. (5 de Diapason).

matthieucamilleri-impro.fr

Biographie de Mathieu Dupouy, clavecin: 

Mathieu Dupouy a étudié au CNSM de Paris avec Christophe Rousset et obtenu les premiers prix de clavecin et basse continue à l'unanimité, suivis d'un cycle de perfectionnement avec Pierre Hantaï, Olivier Baumont et Christophe Coin. Il a étudié parallèlement au CNR de Paris le pianoforte avec Patrick Cohen. Il se consacre actuellement à part égale au clavicorde, au pianoforte et au clavecin.

Son répertoire s'étend également à la musique contemporaine avec des créations de François-Bernard Mâche, Bruno Mantovani, Ivan Fedele, Brice Pauset ou Richard Dubugnon... Il joue également au sein de différents ensembles et orchestres : les Musiciens du Louvre (Marc Minkovski), les Disssonances (David Grimal), le Concert d'Astrée (Emmanuelle Haïm), Les Accents (Thibault Noally), XVIII-21 Le Baroque Nomade (Jean-Christophe Frisch), Elyma (Gabriel Garrido)...

Il a enregistré plusieurs disques : « Pensées nocturnes », Sonates et Fantaisies pour clavicorde de CPE Bach (ffff Telerama), des Sonates pour clavecin de Domenico Scarlatti, sur un clavecin-tiorbino napolitain de 1710 (ffff Telerama), Dernières Sonates et Variations pour pianoforte de Joseph Haydn, les Leçons de Ténèbres de François Couperin sur l'orgue historique de Rozay-en-Brie (ffff Telerama), en première mondiale la version de chambre des Concertos de Chopin sur pianoforte et pianino Pleyel (avec Soo Park), les Sonates KV301-306 pour pianoforte et violon de Mozart, en compagnie de David Grimal, enregistrées au Musée de la musique sur un pianoforte Gräbner 1791 (ffff Telerama, Choix de France Musique), « Les Citations » de Henri Dutilleux pour clavecin, hautbois, contrebasse et percussion (5 Diapason, Choix de France Musique), et "Voyage sentimental", pièces pour pianoforte de CPE Bach, enregistrées au Musée de la musique sur un pianoforte Gräbner (5 Diapason, Choix de France Musique).