Les Musiciens du Festival 2020

LES MUSICIENS DE L'ENSEMBLE CANTICUM NOVUM 

Emmanuel Bardon, Chant 
 
Après des études de violoncelle avec Paul Boufil, Emmanuel Bardon décide de se consacrer au chant. C’est en suivant une formation auprès de Gaël de Kerret ainsi qu’à la Maîtrise du Centre de Musique Baroque de Versailles avec Olivier Schneebeli et Maarten Köningsberger qu’il obtient un diplôme supérieur de chant en 1995.
Il a également eu la possibilité de se perfectionner auprès de Mireille Deguy, Ronald Klekampf, Montserrat Figueras, Jordi Savall, Maria-Cristina Kiehr, Margaret Hönig, Noëlle Barker et Jenifer Smith. Il participe aux productions d’ensembles tels que le Concert Spirituel (Hervé Niquet), La Capella Reial de Catalunya (Jordi Savall), les Musiciens du Louvre (Marc Minkowski), Capriccio Stravagante (Skip Sempé), le Parlement de Musique (Martin Gester), la Simphonie du Marais (Hugo Reyne)…
En 1996, il fonde Canticum Novum, ensemble en résidence à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne puis au sein de l’Ancienne École des Beaux-Arts, avec lequel il se produit en concert dans toute la France et à l’étranger.
Emmanuel Bardon est fondateur et directeur artistique du festival Musique à Fontmorigny (Cher) depuis 1999. Parallèlement, il fonde en 2013 l’École de l’Oralité, structure de création et de médiation culturelle, basée à Saint-Étienne.
 
Katerina Karagianni - Caël, Chant 
 
Chanteuse grecque vivant en France, elle partage sa passion pour la Grèce à travers le chant au sein de la Maison Franco-Hellénique Lorraine depuis plus de 25 ans, en donnant vie à la
chorale de cette association. Elle y enseigne aussi les danses traditionnelles d’une grande partie de son pays. Originaire de Grèce Centrale, elle commence très jeune à chanter le répertoire de cette
région. Arrivée en France elle aborde le répertoire du Nord de la Grèce, de Thrace, de Macédoine, puis celui d’Asie Mineure et du Pont Euxin.
En 2010 elle crée « Café Aman », une formation de différents musiciens en Meurthe en Moselle, jouant plutôt le répertoire d’Asie Mineure. C’est en 2011 que le groupe « Pansélinos » croise sa route. Le groupe est basé dans la région marseillaise où il joue un rôle de vecteur pour la musique et la danse « Démotique » en France, et ce depuis de nombreuses années. Ce groupe se singularise par sa parfaite connaissance des répertoires ainsi que par la pratique des danses qui y sont associées. Katerina y amène son dynamisme et enrichit le répertoire avec enthousiasme.
Lors de stages de chants et danses dans la région de Marseille, Katerina Karagianni s’ouvre à de nouveaux répertoires grâce à Katerina Papadopoulou, la plus grande interprète mais
aussi enseignante de la chanson traditionnelle grecque à l’heure actuelle. Depuis 2016 elle anime à son tour des stages de chant avec le collectif Aksak et d’autres associations et chorales dans plusieurs régions de France et au Luxembourg, en mettant à l’honneur un répertoire de toute la Grèce. Enfin, elle participe à  l'Ensemble Artemisia qui propose un voyage à travers l'Europe du
Moyen Age, de la Scandinavie à la Méditerranée. Cet ensemble aborde des répertoires très variés, tantôt sacrés, tantôt profanes.
 
Aliocha Regnard, Nyckelharpa et Fidula
 
Aliocha Regnard, violoniste de formation, s’oriente très tôt vers les musiques improvisées. En 1998, il co-fonde Légende la lune (musique du monde) tout en apprenant à jouer de deux vièles à archet à cordes sympathiques :  le nyckelharpa d’origine suédoise et la fidula d’origine espagnole.
C’est en particulier avec le nyckelharpa qu’il compose et se forge un univers musical particulier, puisant son inspiration au coeur des musiques anciennes d’orient et d’occident. Passionné du rapport entre la musique et le geste, il compose et interprète la musique de divers spectacles de danse, de jonglage, de théatre de rue (kabal, théatre du bambou, compagnie Chan…). En parallèle il joue du violon électrique dans divers styles (rock,fusion,chanson française). En 2004 il rencontre le flûtiste Patrick Rudant et forme le duo Alysma. Il compose le répertoire pour ce duo et effectue de nombreux concerts en public mais aussi dans les hôpitaux auprès d’enfants malades. Il a récemment créé la bande originale du spectacle Les malheurs de Sophie pour la compagnie théâtre en stock. En parallèle de Canticum Novum il se produit aujourd’hui avec Les Violons du Monde de Mathias Duplessy et la contorsionniste Elodie Chan.
 
Isabelle Courroy, Flûtes Kaval
 
Il y a plus de vingt-cinq ans, Isabelle Courroy entamait, dans les Balkans, un périple à la recherche des modes de jeu des flûtes kaval, ces flûtes de tradition pastorale jouées dans toute l’Europe orientale et l’Anatolie, et dont le nom turc a pour origine « q-w-l » , »parole » en arabe. D’une cette double appartenance animale et sacrée, les flûtes kaval tirent leurs forces complexes tant du terreau fonctionnel et organique que du domaine symbolique et spirituel.
Abreuvée aux sources turco-balkaniques de son instrument, Isabelle Courroy a rassemblé un vaste répertoire auquel elle intègre ses compositions et arrangements personnels autour de l’instrument dont elle s’est faite pionnière en Europe occidentale.
Explorant à la fois la vigueur et délicatesse des différents styles qui caractérisent le jeu des flûtes obliques et la puissance d’un son organique sculpté dans la matière brute du souffle, elle puise dans une palette sonore aux multiples matières et couleurs, et cherche, y compris par le biais d’expérimentations dans le domaine de la lutherie, à explorer le champ de tous les possibles de l’instrument.
Dégagée de toute nostalgie, tant d’un ailleurs fantasmé que d’un passé idéalisé, Isabelle Courroy s’inscrit dans le flux d’un processus de création. Les nombreux projets qu’elle initie ou auxquels elle est invitée témoignent à la fois de la plasticité de son jeu, de la diversité de sa culture et de la spécificité de son langage. Sa discographie est saluée par Les Victoires de la musique, Diapason d’or, ffff de Télérama, Choc du Monde de la musique, Grand prix des discophiles, Bravos de Trad Mag et Coup de cœur de l’Académie Charles Cros.
 
Spyros Halaris, Kanun
 
Multi-instrumentiste, chanteur, joueur de kanun et de luths, Spyros Halaris commence son apprentissage par le chant byzantin avec Nikos Konstantinopoulos et poursuit ses études avec Spyros Pavlakis au Conservatoire National d’Athènes. Parallèlement, il y apprend aussi le kanun auprès de Panos Dimitrakopoulos et découvre le oud et le luth de Constantinople (lavta) en autodidacte. C’est aux côtés de son père, le compositeur et musicologue Christodoulos Halaris, qu’il a approfondi ses recherches sur la musique grecque antique et byzantine. Il participe à la réalisation de plusieurs concerts et enregistrements avec l’Orchestre d’Instruments Délicats du Répertoire Grec Ancien et Byzantin et de programmes de recherche européens au sein de l’association culturelle Elliniki Mousourgia.
En France, il poursuit des études d’ethnomusicologie à l’Université Paris VIII, de chant lyrique avec Hubert Weller et approfondit sa connaissance de la musique ottomane auprès d’Adrien Espinouze au sein de l’Ensemble Sultan Veled. Il suit également des masterclasses avec Efren Lopez, Eugenios Voulgaris et Halil Karaduman. Au-delà de la musique byzantine et ottomane, sa connaissance des multiples traditions dans lesquelles est joué le kanun, et sa pratique de divers luths, font de Spyros Halaris un musicien fréquemment sollicité pour des projets d’horizons différents. Il collabore avec Kudsi Erguner, Nassima Chaaâbane, l’Orchestre de Chambre de la Diaspora Arménienne, ChristosLeontis  & l’Orchestre de Musique Contemporaine de la Radio-Télévision Hellénique, le jazzman David el Malek & l’Orchestre Philharmonique de Radio France.
Il travaille également avec des ensembles de musique médiévale comme La Camera delle Lecrime, Les Jardins de Courtoisie, Amadis, Tormis  et La Compagnie des Regains. Des ensembles baroques comme Il Ballo, XVIII-21 Le Baroque Nomade, L'Acheron et l’ensemble de musique de musique contemporaine 2e2m et le compositeur Zad Moultaka. En 2012 il cofonde l'Ensemble Phémiosavec Sebastien Benoit et Christophe Tellart qui accueille ensuite Doc Rossi, et collabore avec la chanteuse corse Mighela Cesari. Il a animé plusieurs stages sur la musique grecque (« La modalité et l’orchestration byzantine » à la Kreiz Breizh Akademi dirigée par Erik Marchand en 2008 et « Les modes byzantins » au Conservatoire National de Venise « Benedetto Marcello » en 2011).
 
Ismaïl Mesbahi, Percussions
 
Ismaïl Mesbahi est influencé dès son enfance par les musiques du Maghreb et du Moyen-Orient. Ses voyages et ses rencontres musicales lui permettent des recherches autour des rythmes, des couleurs et des sons. Ainsi, Ismaïl a su saisir les subtilités et la finesse de la musique orientale, et aussi la force et l’énergie de la musique maghrébine. Ensuite, Ismaïl élargit son répertoire aux musiques balkaniques et turques, terrain de rencontre entre musiques occidentales et orientales.
Il s’ouvre aussi à d’autres esthétiques musicales : musique contemporaine, musique baroque, musique médiévale, chanson française, jazz… Ismaïl a collaboré avec différents artistes, tels que Marc Loopuyt, Nadir Ipek, Nicolas Guay, Fabienne Eustratiades, Solyane et bien d’autres. Il est aussi à l’initiative du duo de Musique Classique Orientale Dachti avec Iyad Haimour. Il a également participé à la Biennale du Fort de Bron Les Mille et Une Nuits sous la direction artistique de Adel Salameh. Depuis de nombreuses années, Ismaïl Mesbahi accompagne la danse sur scène ce qui lui permet de pratiquer la musique sous un angle différent et d’approfondir ces recherches entre le mouvement et le rythme. Côtoyant différents univers, par l’interprétation et l’imprégnation, son jeu est remarquablement prenant.